Décryptage métier : l'opérateur technique de registre

Je vous invite à découvrir ou redécouvrir les différents acteurs de la mise en œuvre d’un projet d’extension personnalisée :

Commençons aujourd’hui par nous intéresser plus particulièrement au rôle de l’opérateur technique de registre, appelé également backend.

 

Cet acteur essentiel peut intervenir dès le démarrage du projet, en accompagnant le futur titulaire de l’extension personnalisée dans la préparation de sa candidature auprès de l’ICANN. Il aide en effet à répondre à toutes les questions d’ordre technique de la candidature. Certains backends peuvent aller plus loin dans leur support et faire bénéficier les candidats de leur grande expérience pour participer à l’élaboration du « business plan » de la future extension internet, élément essentiel de la candidature.

 

Pendant la phase de l’évaluation de la candidature par l’ICANN, le backend participe aux réponses aux éventuelles questions complémentaires de l’ICANN sur les aspects techniques.

 

Une fois la candidature acceptée par l’ICANN, le rôle de l’opérateur technique de registre s’intensifie. Il est temps de paramétrer les infrastructures de la future extension et de se préparer à passer les tests techniques auprès de l’Icann. Ces tests sont une étape incontournable qu’un backend expérimenté gère avec 100% de réussite.

 

Une fois les tests techniques validés, place au lancement de la nouvelle extension Internet. Là encore, le rôle de l’opérateur technique de registre est essentiel puisque c’est lui qui va véritablement faire naître le nouveau TLD. Il va effectuer toutes les déclarations techniques nécessaires auprès de l’ICANN et de l’IANA* afin de pouvoir le jour J « appuyer sur le bouton » et publier les premiers noms de domaine de la nouvelle extension tout en en permettant la gestion sur ses infrastructures.

 

Le backend va ensuite veiller au quotidien au bon fonctionnement du TLD sur tous les plans techniques : publication de la zone, résolution DNS, enregistrement des noms de domaine, opérations sur les noms de domaine, consultations whois, production et envoi du séquestre,… dans le parfait respect des niveaux de service et des règles imposés par l’ICANN.

 

Il pourra également accompagner le nouveau registre dans la prise en main de son rôle, en le conseillant sur son organisation, sur la mise en œuvre de son business plan…

 

 

Ainsi l’opérateur technique de registre est l’acteur qui fait vivre techniquement une extension internet. C’est également celui des acteurs qui est le plus interfacé avec les autres, et ce au quotidien. Il est en contact avec l’ICANN pour gérer les niveaux de service requis et l’application des règles, il confie les données de la zone chaque jour à l’opérateur de séquestre, il fournit les interfaces nécessaires au registre et aux bureaux d’enregistrement pour la gestion du TLD et de ses noms de domaine, et il peut également accompagner le registre et les bureaux d’enregistrement dans les différentes étapes de la vie du TLD.

 

Lorsque vous choisissez votre opérateur technique de registre, veillez à bien challenger les points suivants :

  • Gestion des données personnelles : avec l’application du RGPD depuis mai 2018, la gestion des données par un opérateur dont les services sont basés en Europe est une bonne garantie de respect du règlement
  • Services de résolution DNS : le prestataire dispose-t-il d’un nuage Anycast ? met-il à disposition un adressage en IPV6 ?
  •  Services de sécurité : le prestataire propose-t-il un registry lock ? comment se pratique l’authentification sur les interfaces mises à disposition du registre et des bureaux d’enregistrement ?...
  •  Surveillance des abus : le prestataire met-il à disposition un service de gestion des abus conforme aux exigences de l’ICANN ?

Vous savez désormais tout, ou presque, sur l’opérateur technique de registre, véritable clef de voûte d’une extension internet. N’hésitez pas à poser vos questions au sein du Cercle des .marque pour approfondir vos connaissances sur cet acteur incontournable, dont l’Afnic est à ce jour l’unique représentant français.

 

* IANA : Internet Assigned Numbers Authority, département de l’Icann qui gère la zone racine


 

 

 

 

Auteur de l'article :

Émilie Turbat

Directrice Marketing et Commerciale, Afnic


Écrire commentaire

Commentaires: 0