Tout savoir sur le processus de candidature d’une extension personnalisée

Vous souhaitez lancer votre extension internet de marque ? Découvrez le déroulé du dépôt de candidature ainsi que nos recommandations pour réussir cette étape clé de votre projet.

 

Ce processus est défini et cadencé par l’ICANN (régulateur international des adresses internet) et les informations que nous vous donnons ci-dessous sont basées sur le modèle du précédent appel à candidatures de 2012. Pour le prochain, ces éléments devraient rester quasi-similaires, avec néanmoins quelques ajustements, destinés à fluidifier et améliorer le processus ICANN.

 

1- Les 3 prérequis pour candidater

 

Le 1er prérequis est financier et concerne les frais de candidatures. En 2012, les frais de dépôt d’une candidature auprès de l’ICANN s’élevaient à 185 000 $ (USD). Dans le cas où un dossier était refusé ou abandonné durant cette phase, ce montant était remboursé au candidat. Ce ticket d’entrée élevé visait à restreindre le nombre de postulants et restera probablement à un prix comparable lors de la prochaine ouverture, l’ICANN ayant communiqué une capacité maximale de délégations (mise en œuvre technique) de 1 000 extensions par an.

 

Le 2nd prérequis est de vérifier en amont de votre candidature si la chaîne de caractères demandée (le nom de l’extension que vous souhaitez déposer) ne correspond pas à un nom de territoire (pays, région, ville). Si votre marque est un nom de pays, le dépôt de votre extension sera malheureusement impossible. Pour les autres noms de territoire, une étude de faisabilité sera à mener.

 

Le 3ème et dernier prérequis consiste à vous renseigner sur les organisations susceptibles de porter le même nom que votre marque (acronymes, fédérations, sociétés, noms approchants, etc.). Cette prise d’informations permettra de vous préparer au risque de candidatures multiples ou de contestations d’éventuels ayants-droits.

 

2- La rédaction du dossier

 

C’est une étape clé du processus puisque vous y décrivez en détail votre organisation, votre projet, les règles de votre future extension (ouverte à tous ou exclusive à votre organisation) et le modèle économique associé. Ce dossier se présente sous la forme d’une cinquantaine de questions classées par thématiques administratives, techniques et financières.

 

Le document de référence est le dossier de candidature mis à disposition par l’ICANN. Le guide du candidat proposé en 2011 est accessible à l’adresse suivante : https://newgtlds.icann.org/en/applicants/agb.

 

Pour le nouvel appel à candidatures, une première version du guide devrait être proposée à la communauté pour validation en début d’année prochaine.

 

3- La validation de votre candidature

 

L’étude de candidature se déroule en deux temps :

 

Une première étape consiste à soumettre votre candidature à la communauté internet dès son dépôt sur le portail ICANN dédié. Concrètement, cela signifie qu’une partie de votre candidature sera rendue publique et qu’elle pourra faire l’objet de commentaires. L’objectif est de s’assurer que votre candidature ne lèse aucun ayant-droit. Si personne ne se manifeste à l’issue de la période qui aura été définie, l’ICANN étudiera votre candidature.

 

Lors de cette 2nde phase, assimilée à un audit, vous pourrez être amenés à répondre à un certain nombre de questions complémentaires.

 

À l’issue de cette étude, et dans l’hypothèse où votre candidature remplit les conditions requises (candidature unique, respect de l’intérêt public notamment), vous serez invité à signer votre contrat, dit contrat de registre, avec l’ICANN.

 

 

Nos 5 conseils pour garantir le succès de votre candidature

 

  •  Définissez un projet d’extension et les règles d’utilisation de votre futur .marque

Votre .marque doit devenir un atout de votre stratégie d’entreprise. En vous appuyant sur un groupe projet dédié, identifiez en amont comment votre extension internet peut contribuer à moyen et long termes aux objectifs stratégiques de votre organisation en prenant en compte plusieurs paramètres : votre modèle économique, votre niveau de maturité numérique, vos objectifs de croissance, vos ressources, etc. Vous définissez ainsi un projet d’extension adapté à votre organisation et cohérent avec vos ambitions.  

 

Pour définir les règles d’utilisation associées, posez-vous quelques questions : quelles sont les entités, les personnes habilitées à enregistrer un nom de domaine sous le .marque : les salariés, les filiales, les affiliés, les clients, la communauté ? Quel sera le processus d’enregistrement d’un nom de domaine ?

  • Tenez-vous informé de l’avancée des débats ICANN

L’ICANN est une communauté d’échanges internationale ouverte. Ce mode de fonctionnement offre des avantages et des inconvénients. Tout à chacun peut faire entendre sa voix, mais les processus de décisions peuvent être longs et les demandes d’ajustement peuvent avoir lieu jusqu’au dernier moment. Suivre ces échanges est donc utile pour anticiper au mieux ces éventuels changements et être réactif.

  •  Anticipez la probabilité de demandes multiples

1 930 dossiers de candidature ont été déposés en 2012 pour 1 179 extensions internet validées. Cela sous-entend que 751 dossiers ont été déboutés, pour cause de concurrence notamment.

 

Mesurez les risques de demandes multiples en amont et, le cas échéant, préparez-vous à gérer une étape intermédiaire de mise aux enchères car toute demande d’extension faisant l’objet de plusieurs dossiers recevables par l’ICANN, sera attribuée au plus offrant !

  • N’hésitez pas à vous faire accompagner

Un accompagnement extérieur est utile et permet de maximiser vos chances de voir votre candidature validée. Ce dernier vous conseillera sur les réponses du dossier et pourra les rédiger en votre nom. Il sera également en mesure de faire l’intermédiaire avec l’ICANN. Vous gagnerez du temps et éviterez les écueils du processus de candidature.

 

Nous vous conseillons de choisir un accompagnateur avec de l’expérience, qui maîtrise parfaitement ce processus et compatible avec votre environnement : langue, disponibilité horaires, connaissances de la juridiction locale, etc.


 

 

 

 

Auteur de l'article :

Cédric Michel-Flandin

Responsable Grands Comptes, Afnic


Écrire commentaire

Commentaires: 0